Près de 69 millions d’enseignants supplémentaires sont nécessaires pour permettre l’accès à un enseignement primaire et secondaire universel de qualité d’ici 2030, l’échéance fixée pour les Objectifs de développement durable adoptés par les Nations Unies l’an dernier, a déclaré mercredi l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) à l’occasion de la Journée mondiale des enseignants.

Winston Mills-Compton, enseignant en mathématiques, dans une école à Cape Coast, au Ghana (archives) Photo Jonathan Ernst/Banque mondiale
Winston Mills-Compton, enseignant en mathématiques, dans une école à Cape Coast, au Ghana (archives) Photo Jonathan Ernst/Banque mondiale

Selon des chiffres de l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU), 24,4 millions d’enseignants dans le primaire et 44,4 millions d’enseignants dans le secondaire seront nécessaires au cours des 14 prochaines années.

La Journée mondiale des enseignants, qui a pour thème cette année : « Valorisons les enseignant(e)s, améliorons leur statut », est l’occasion de souligner l’importance vitale de la profession pour le développement mondial et la nécessité de prendre des mesures urgentes pour s’attaquer à la pénurie des enseignants.

L’Afrique subsaharienne est confrontée au déficit d’enseignants le plus important : au total 17 millions d’enseignants dans le primaire et dans le secondaire seront nécessaires d’ici 2030. C’est aussi la région dont la population en âge d’aller à l’école augmente le plus rapidement. Elle a déjà du mal à répondre à la demande : plus de 70% des pays de la région sont confrontés à des pénuries aigües d’enseignants dans le primaire, et 90% d’entre eux font face à de fortes pénuries dans l’enseignement secondaire, selon les données de l’ISU.

Le message conjoint de la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, du Directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT), Guy Ryder, du Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Anthony Lake, de l’Administratrice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Helen Clark, et du Secrétaire général de l’Internationale de l’éducation, Fred van Leeuwen, insiste sur « les contributions inestimables des enseignants du monde entier » et souligne la nécessité de prendre des mesures urgentes.

« Les enseignants contribuent non seulement à façonner l’avenir de millions d’enfants, mais aussi à bâtir un monde meilleur pour tous. Comment pouvons-nous recruter de nouveaux enseignants et les attirer vers la profession d’enseignant quand ils sont tellement nombreux à être sous-formés, sous-payés et ne sont pas reconnus à leur juste valeur ? », s’interrogent-ils dans ce message.

L’Objectif de développement durable 4 (ODD 4) prévoit une éducation inclusive, équitable et de qualité pour tous d’ici 2030. Les besoins sont pressants : on estime que 263 millions d’enfants et de jeunes ne sont toujours pas scolarisés dans le primaire et dans le secondaire à l’échelle mondiale, selon un récentdocument de l’ISU. L’ODD 4 appelle notamment à accroitre le nombre d’enseignants qualifiés et le soutien de la communauté internationale en faveur de la formation des enseignants dans les pays en développement.

« Les systèmes éducatifs se préparent à la grande campagne visant à réaliser l’Objectif de développement durable 4 d’ici 2030 », déclare la Directrice de l’ISU, Sylvia Montoya. « Mais les systèmes éducatifs sont tributaires de leurs enseignants. Les progrès mondiaux ne tiendront qu’au simple fait qu’il y aura un enseignant, ou une classe dans laquelle enseigner à un nombre raisonnable d’enfants au lieu de 60 ou 70 élèves, voire davantage. Nous devons également fournir une formation, des ressources et un soutien aux enseignants pour qu’ils puissent faire leur travail ».

L’Asie du Sud a le deuxième déficit d’enseignants le plus important, en particulier dans le cycle secondaire. Seuls 65% des jeunes de la région sont inscrits dans l’enseignement secondaire, avec un ratio élèves-enseignant de 29 pour 1 (estimations 2014) – beaucoup plus élevé que la moyenne mondiale de 18 pour 1. En Asie du Sud, 15 millions d’enseignants supplémentaires seront nécessaires d’ici 2030, l’immense majorité (11 millions) dans le cycle secondaire.

D’autres régions du monde sont confrontées à d’énormes défis. La guerre en Syrie et en Iraq a détruit de grands pans de leurs systèmes éducatifs et a eu de graves répercussions sur les pays voisins. Ces derniers doivent en effet faire face aux flux d’enfants et de jeunes réfugiés qui ont besoin de possibilités d’apprentissage et d’enseignants.

Près de 69 millions d’enseignants supplémentaires pour atteindre les objectifs de l’éducation d’ici 2030

LAISSER