Le Représentant permanent du Togo auprès des Nations Unies, Kokou Kpayedo, devant l’Assemblée générale. Capture vidéo
Le Représentant permanent du Togo auprès des Nations Unies, Kokou Kpayedo, devant l’Assemblée générale. Capture vidéo

A l’Assemblée générale des Nations Unies, l’Ambassadeur et Représentant permanent du Togo, Kokou Kpayedo, a réaffirmé lundi l’engagement volontaire de son pays dans la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) mais a estimé qu’une coopération renforcée face aux menaces sécuritaires et une réforme du Conseil de sécurité sont nécessaires pour y arriver.

« Le Togo, pays pilote pour les objectifs de développement durable, s’est offert volontairement, au cours du Forum politique de haut niveau sous les auspices du Conseil économique et social en juillet dernier, à l’exercice du rapport d’avancement de l’intégration des ODD dans les stratégies et programmes nationaux de développement », a rappelé M. Kpayedo. « A cette occasion, nous avons pu démontrer les avancés dans la mise en œuvre de notre feuille de route en la matière, mais aussi partager les progrès non négligeables que nous avons accomplis dans la mise en œuvre d’actions phares pour ne laisser personne pour compte ».

Pour le Représentant permanent du Togo, les ODD doivent permettre de transformer le monde en donnant la priorité aux groupes les plus vulnérables que sont les femmes, les jeunes, les enfants, les populations menacées par les conflits et les désastres, les migrants et les réfugiés.

« Aucun programme de développement ne saurait réussir et demeurer pérenne si le contexte national dans lequel il doit être mis en œuvre n’est pas empreint de paix et de cohésion », a-t-il toutefois précisé expliquant que son gouvernement déploie des efforts pour éradiquer la pauvreté et la faim qu’il considère comme « les racines de l’insécurité et du terrorisme ».

Pour l’Ambassadeur, une lutte efficace contre le terrorisme requiert que les Etats continuent de travailler, de concert, en renforçant davantage la coopération entre leurs services techniques compétents. « Elle nécessite également que les pays les plus nantis conviennent de soutenir, plus qu’ils ne le font, les Etats qui, comme le Togo, n’ont pas les ressources nécessaires pour se doter de mécanismes et de moyens appropriés de lutte antiterroriste », a-t-il souligné, rappelant que son pays accueillera le Sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la sécurité et la sureté maritimes et le développement en Afrique.

« L’objectif est de s’accorder sur une déclaration commune pour mieux prévenir et faire face à l’insécurité en mer et promouvoir un développement durable et inclusif de l’économie bleue, en adéquation avec les ODD et l’Accord de Paris », a-t-il dit.

Pour M. Kpayedo, l’heure est venue de réformer le Conseil de sécurité considérant que sa composition actuelle « est loin de refléter les évolutions réelles » du monde. « Au moment où la communauté internationale s’est résolument engagée à assurer, à l’horizon 2030, un développement durable, au bénéfice de tous les peuples, tout retard supplémentaire dans le processus de réforme du Conseil de sécurité ne serait que préjudiciable à la réalisation même des ODD », a-t-il prévenu.

M. Kpayedo a également tenu à renouveler le ferme engagement du Togo en faveur de l’Accord de Paris sur le changement climatique. « Mon pays a signé cet Accord et mettra tout en œuvre pour clôturer le processus de sa ratification d’ici la fin de l’année 2016 », a-t-il dit.

LAISSER