(InterAfrique)-Gracious Ephraim, un étudiant tanzanien s’est fait l’auteur d’un robot qui peut marcher, tourner la tête et bien d’autres choses, le tout à l’aide d’une télécommande.


Il a fallu au jeune lycéen en série scientifique pas moins de 200 000 shillings tanzaniens (89 $) et 12 mois pour achever sa création qui a en outre nécessité des matériaux locaux, dont des boîtes en aluminium, des fils, des conteneurs en étain, des morceaux de métal et une puce pour la mémoire du robot.

Derrière une telle recherche, soutenir son cursus de scientifique en créant à l’occasion des choses qui seront des solutions à des problèmes de la vie quotidienne. “Pendant de nombreuses années, les étudiants en sciences du pays ne voulaient pas inventer, ils se concentrent tous sur l’emploi, mais, en tant que scientifique, il s’agit de concevoir et de créer de nouvelles choses”, avance-t-il.

Au-delà, Gracious Ephraim veut apporter sa pierre à l’industrialisation de la Tanzanie. “La Tanzanie vise l’industrialisation, ce qui signifie que les usines et les autres lignes de production doivent fonctionner 24 heures sur 24. Mais, les humains ne peuvent pas travailler 24 heures sur 24, alors je prévois que les robots fonctionnent la nuit et les personnes pendant la journée. Cela réduira également le coût des heures supplémentaires des travailleurs “, a-t-il argué.

Au lycée Ilboru qu’il fréquente, Gracious Ephraim suit un programme sur la robotique soutenu par une organisation coréenne appelée E3-Empower Africa. Avec 30 autres étudiants, ils apprennent la base de la robotique.

Selon le chef du projet, le programme est également initié aux Etats-Unis, “ce qui signifie que c’est une initiative avancée, même pour les pays développés”.

Carole Kouassi/africanews

 

LAISSER