En Afrique, le marché des télécoms est en plein boom : 500 millions de téléphones seront vendus dans les cinq prochaines années, à des prix très bas. De quoi permettre à un autre marché d’émerger : celui des applications « made in Africa ». A la rencontre des créateurs de projets numériques au Cameroun.

Silicon Mountain est un pseudonyme inventé pour représenter le Techosystem Buea . Il prend l’acronyme de montagne du mont Fako qui est le point le plus élevé de la montagne en Afrique de l’Ouest. Il incube actuellement les startups technologiques les plus jeunes d’Afrique et une communauté croissante de développeurs et de concepteurs ainsi que les universités telles que l’ Université de Buea , l’Institut universitaire catholique de Buea, l’ Université Saint-Monica et bien d’autres encore.

«Construire globalement et réfléchir localement» est un slogan sur lequel cette communauté technologique de Buea croit. Ceci est évident car ils développent des produits pour résoudre les problèmes de leur communauté et, par extension, résoudre ceux du globe en général. Dereck Thomson a eu l’opportunité de rencontrer les fondateurs de la communauté de Silicon Mountain dans l’organisation préférée de Otto Akama the (fondateur de Skademy.com), Mambe Nanje Churchill the (fondatrice de Njorku.com), Alain Nteff, le fondateur de (Gifted Mum), Ekwoge Fritz the (fondateur de feemperfect), Valery Colong the (co-fondateur d’Agrohub), Mohamed Felata the (fondateur de VIVA) et Ayuk Etta the (fondateur de Skylabase), pour n’en citer que quelques-uns.

LAISSER